Connexion
Mot de passe oublié ?
 


Exposition Monet au Musée des Impressionnistes : A voir !

Faisant suite à la publication de l’article sur la Fondation Claude Monet et sur le parcours impressionniste offert aux visiteurs de Giverny, Objectifexpo.com a parfait cette visite par celle de  l’exposition consacrée à l’artiste jusqu’au 15 août au Musée des Impressionnistes : Le jardin de Monet à Giverny : l’invention d’un paysage.

Musée des Impressionnistes

Musée des Impressionnistes


Anciennement Musée de l’Art Américain, le visiteur pénètre dans son enceinte par la voie d’un jardin impressionniste aux couleurs éclatantes, pour fouler le sol d’un pont de bois et parvenir au sein d’un espace accueillant entouré de grandes bais vitrées.

L’exposition s’articule autour des trois périodes clefs de l’oeuvre de Monet à Giverny : le jardin de Monet à Giverny, le patriarche devant l’objectif, l’oeil du jardinier.

  1. Tout débute par l’installation du peintre à Giverny et la composition des jardins. Plans du jardin d’eau, articles de presse et magazines sur les jardins du Maître Monet ainsi que de nombreuses photographies attestent de l’atmosphère de l’évènement. En émergent la ferveur de l’artiste pour la conception de son jardin impressionniste mais également la résonance incalculable répercutée par cette création novatrice. Certains articles de journaux et d’ouvrages de jardinage de l’époque sont d’ailleurs à la disposition du visiteur afin de mesurer cette ampleur.Lorsque le visiteur pénètre ensuite dans la salle répertoriant ses premières oeuvres sur le site, il se trouve surpris, face à une thématique de nature morte.

  2. L’artiste avait pris le parti de concevoir son sujet de peinture. A l’instar de l’école de Barbizon par exemple, et comme la tendance de l’époque, il refusa de se plier au motif naturel existant en tant que tel.Modèle vivant sculpté par l’oeil averti du peintre, le premier jardin du Clos Normand n’a pu être utilisé réellement en tant que sujet qu’un an et demi après son semis, ce qui explique alors les premières toiles réalisées en intérieur avec des fleurs coupées.

    C’est cette différence, qui en fait aussi sa force, qui conduit Monet sur la voie d’une peinture intrinsèquement liée à la nature. Les photographies de l’artiste saisies par ses amis, scande un homme au regard malicieux et à l’allure un peu bourrue, puis celle d’un Maître des lieux régnant en patriarche qui, dans la dernière période de sa vie, atteint d’une maladie oculaire affaiblissant et modifiant sa vue,  évoquera la figure du poète aveugle : Homère.

  3. Alors que la facture de ses débuts résulte de petites touches, ses sujets croqués en plein air, selon une lumière particulière, lui offre l’occasion d’une gestualité plus ample. Le visiteur en s’approchant perçoit, non sans émotion, la succession de gestes brossés par l’artiste : les touches, plus ou moins appuyées, se superposent par endroit jusqu’à la saturation tandis qu’à d’autres, elles semblent essuyées jusqu’à laisser parfois apparaître la surface vierge de la toile.

    La dernière salle est axée sur les célèbres Nymphéas. Le point le plus spectaculaire en est le rapport à la distance : alors que de près le regardeur ne perçoit qu’une surface plane, opaque et avec un sujet esquissé, à mesure qu’il s’éloigne de la toile, soudain tout semble se métamorphoser. La profondeur de l’étang, le sujet et les vibrations changeantes de la lumière deviennent, comme par magie, une évidence pour l’oeil. Et là, le visiteur ne peut être que subjugué par ce phénomène comprenant combien Claude Monet était un grand peintre… Il reste figé devant ses Oeuvres et s’assoit pensif.

Jardin du Musée des Impressionnistes

Jardin du Musée des Impressionnistes

 

L’exposition s’avère donc comme un complément indéniable au visiteur qui s’aventure jusqu’à Giverny en quête de connaissances sur ce peintre jardinier que fut Claude Monet. Toucher son oeuvre visuellement résidait comme l’élément manquant de la première visite de l’équipe d’Objectifexpo.com (musée fermé). L’exposition, bien que brève (certains pourraient rester sur leur faim), clos le parcours impressionniste de façon harmonieuse.

 

 

 

 

Florence Alfano


Laisser une réponse